France France - Randonnée solidaire dans le Briançonnais

Randonnée et trek - 7 jours - Modéré

Voir mes voyages favoris

En bref

Briançon comme l’écrit Edwy Plenel, «a sauvé  notre honneur de Français et d’Européens face à la pire tragédie vécue par les migrants, exilés et réfugiés sur notre continent depuis la Seconde Guerre mondiale. » Ici des citoyens et des professionnels du tourisme de montagne décident d’ouvrir leurs cœurs, à contre-courant des discours de peur des Politiques. Ils choisissent de ne pas faire de différence entre le touristequi vient se ressourcer dans leur belle région et l’exilé qui cherche asile et protection. Ce séjour met en lumière le Briançonnais et les initiatives citoyennes qui s’y développent pour venir en aide aux éxilé-e-s. 
Nous partirons en randonnée à la découverte des belles vallées environnantes en compagnie d’une accompagnatrice en montagne très impliquée dans l’association Tous Migrants, l’occasion de nous interroger sur la notion de frontière. Nous rencontrerons des bénévoles de plusieurs associations de solidarité et participerons à des temps d’échange avec des exilé-e-s. 

Les points forts

  • Des paysages de montagne préservés dans le Briançonnais et la vallée de Névache
  • Des randonnées sur le thème des frontières et des migrations au fil du temps
  • Des rencontres d'acteurs de la solidarité avec les exilé-e-s : Maison Bessoulie, association Tous Migrants…
  • La visite guidée de Briançon, cité Vauban classée UNESCO
  • Des échanges participatifs avec des exilé-e-s : repas partagé et atelier low tech
  • L’hébergement dans une auberge de jeunesse très impliquée dans les initiatives citoyennes locales 

Itinéraire

  • Jour 1
    Serre Chevalier
    Accueil à l’auberge de jeunesse de Serre Chevalier en fin d’après-midi (à partir de 17 h) et installation. Présentation du programme de la semaine.
    • Auberge de jeunesse
    • dîner
  • Jour 2
    La frontière ignorée : randonnée au col de Bousson (2154 m) 
    Cette journée nous permet de découvrir une petite vallée préservée et restée à l’écart de la ruée vers l'or blanc ; ici le temps semble s’être arrêté. Brebis, bergers et chalets d’alpage sont encore bien présents ; nous sommes à quelques pas de l’Italie, sur des chemins de passage ancestraux et historiques. Les troupeaux  passaient d’un côté à l’autre de la frontière pour suivre le cycle de l’herbe ; les paysans parlaient le même patois et allaient festoyer, colporter, échanger avec leurs voisins, cousins de l’autre côté de la ligne de crête. Des fortifications du XIXème siècle et de la deuxième guerre mondiale nous ramènent à la notion de frontière et de protection. Arrivés au col de Bousson, nous aurons un pied et les yeux de chaque côté de la frontière pour admirer l’unité des paysages et leur beauté. Si le temps nous le permet, nous irons manger une polenta ou boire la grappa au refuge Mautino.
    Le soir, projection d’un documentaire sur la solidarité Briançonnaise.
    • Auberge de jeunesse
    • pt déj + déj + dîner
    •  05h00  +400m /-400m
  • Jour 3
    Maison Bessoulie et atelier low-tech
    Matin : présentation de la Maison Bessoulie et préparation d’un repas partagé avec les bénévoles et exilé-e-s. La Maison Bessoulie est un projet de tiers-lieu d'un genre nouveau, dédié à l'hospitalité et à la solidarité. Il est destiné à accueillir des personnes exilées, organiser des rencontres, des formations (pour aider à l'insertion), afin d'en faire un véritable lieu de vie pour tous. 
    Après-midi : atelier low-tech avec l’association Eko et des exilé-e-s. Nous réaliserons une batterie portable (Power bank) avec des matériaux de récupération. Cet atelier est un moment de convivialité ; le but est de faire ensemble des objets utiles et d’apprendre les uns des autres. L’association Eko améliore la résilience et l’autonomie des éxilé·e·s tout en contribuant au développement durable du territoire, par la diffusion des savoir-faire et systèmes low-tech.
    • Auberge de jeunesse
    • pt déj + déj + dîner
  • Jour 4
    Briançon
    Matinée libre pour découvrir Briançon et son marché.
    Après-midi : visite guidée de la Cité Vauban, assurée par le service du Patrimoine de la Ville de Briançon.
    Classée ville d’Art et d’Histoire, Briançon jouit d’une situation privilégiée au pied du Parc National des Ecrins et du Parc Naturel Régional du Queyras à 1326 m d’altitude ; dans un paysage de montagne omniprésent, elle côtoie des sommets de plus de 3000m. 
    Ses fortifications de Vauban, inscrites au Patrimoine Mondial de l’Unesco en ont fait une gardienne des frontières, la rendant imprenable ! 
    Au carrefour de 5 vallées alpines, proche de l’Italie, Briançon a longtemps été considérée comme une terre de passage permettant le déplacement des hommes, le trafic des marchandises et l’échange des cultures.
    • Auberge de jeunesse
    • pt déj + dîner
  • Jour 5
    La frontière au cœur de l’actualité : randonnée du col de Montgenèvre à Briançon, sur les traces des exilé-e-s du XXIème siècle
    Cette randonnée nous conduit le long de la Durance, du col de Montgenèvre à Briançon, sur le sentier de Grande Randonnée GR 5 devenu aussi une voie très fréquentée par les exilé-e-s du XXIème siècle. 
    • Auberge de jeunesse
    • pt déj + déj + dîner
    •  05h00  +130m /-650m
  • Jour 6
    La frontière, une notion relative : randonnée de la Vallée Etroite à Plampinet par le col des Thures (2194)
    Transfert en véhicule vers la vallée de Névache où le col de l’Echelle nous permet de rejoindre les Granges de la vallée Etroite, un territoire tiraillé entre France et Italie. Cette partie haute de la vallée Etroite a été rattachée à la France en 1947 par le traité de Paris, tandis que la partie basse est italienne. Le refuge Terzo Alpini rattaché au Club Alpin Français de Briançon en 1947 a été rendu au CAI de Turin en 1970.
    Nous entamons notre randonnée en direction du col des Thures, agrémenté par le petit lac Chavillon où se reflète le Mont Thabor. Nous croiserons sans doute des troupeaux de moutons près des chalets des Thures. Un près beau sentier en balcon sous l’Aiguille Rouge nous ramène dans le bois de Saint Hippolyte. L’étape se termine le long de la Clarée, torrent aux eaux cristallines.
    • Auberge
    • pt déj + déj + dîner
    •  04h30  +600m /-850m
  • Jour 7
    La frontière, une protection obsolète : randonnée de Plampinet au col du Granon (2404 m) par le  Fort de l’Olive (2239 m)
    Une belle montée dans une pinède puis dans le mélézin nous conduit au fort de l’Olive, en bon état de conservation. Construit à la fin du XIXème siècle afin d’interdire le passage des cols frontaliers et barrer la vallée de Névache, ce fort a été intégré à la ligne Maginot. En 2011, devenu inutile il a été cédé à la commune de Névache.  Un magnifique chemin en balcon sous les crêtes de Lenlon nous conduit au col du Granon, perché au-dessus de la vallée de la Guisane.
    Dans l'après-midi, retour en véhicule à l’auberge de Jeunesse. Fin du séjour.
    • pt déj + déj
    •  05h00  +1000m /-150m

Nos voyageurs témoignent

Ajouter votre avis

Découvrez nos autres voyages équitables & solidaires susceptibles de vous intéresser
<